Le dossier d’Astrid Baud-Roche enfin accepté par Pôle-Emploi

Après 20 ans de cumul, les droits au chômage de l’ancienne élue vont lui être ouverts.

C’est à une vitesse folle –à peine 16 mois– que Pôle Emploi a validé son dossier d’allocation de retour aux affaires. En effet, femme qui se dit engagée, persévérante, audacieuse et accessible, Astrid Baud-Roche est surtout désormais sans emploi depuis les élections intermédiaires.

Lâchée par lolo

Celle qui avait été nommée référente de la Région en matière de coopération transfrontalière s’est en effet vue retirer toute considération par le Big Boss de la Région Rho… pardon, Auvergne-Rhône-Alpes.

Bref, Laurent Wauquiez a donc bizarrement cessé de bien s’entendre avec Astrid Baud-Roche le 15 mars 2020, lorsqu’à peine 1500 thononais, ses employeurs depuis une vingtaine d’années, souhaitent la voir devenir maire.

On cherche encore à comprendre. Elle-même n’explique pas un tel gosthing : « On était bons copains avec Lolo, il me promettait plein de trucs, j’avais une délégation, j’étais onzième sur sa liste haut-savoyarde, tout allait bien entre nous et puis d’un coup, plus rien ».

Contacté par notre rédaction, l’intéressé n’a pas souhaité s’étendre, se limitant à un nasillard « je vais pas vous dire du bullshit, je ne lèche que le cul des winners et je ne fréquente pas les loosers », avant de raccrocher pour attraper son rouleau de Sopalin.

Lâchée par les électeurs

Le 28 juin 2020, la nouvelle est officialisée publiquement : l’employeur d’Astrid Baud-Roche ne la renouvellera pas, la majorité des habitants ayant préféré choisir pour le poste un ancien prof radicalisé, qu’elle juge aujourd’hui « autocrate et brutal ».

Résultat : Astrid découvre il y a quelques mois que plus personne ne souhaite travailler avec elle à la Région et qu’on la pousse vers la sortie, alors qu’elle y était pourtant entrée en 2004.

Dans la précipitation, elle cherche un petit boulot en intérim avec son vieil ennemi Jo, qui lui aussi veut sauver sa carrière, mais pas tout à fait la même. Sauf qu’elle n’obtient guère mieux qu’aux municipales et se fait même souffler le ballotage par ces salauds de gauchistes.

Le 20 juin au soir, elle doit se rendre à l’évidence : elle n’a plus le moindre boulot, mis à part 100 balles et un mars comme conseillère municipale d’opposition.

Compétence : combattive

« Je suis confiante, j’ai beaucoup d’autres activités, notamment avec les personnes en insertion ou avec la protection civile donc j’ai encore plusieurs occasions de me faire prendre en photo pour inonder les réseaux, je suis devenue une pro de Hootsuite ! (un outil de gestion de réseaux sociaux ndlr) »

Comme tout salaud de chômeur assisté, Astrid y prend goût : « J’ai même le temps de faire des pancakes à mes enfants le matin », souligne-t-elle. Et surtout, elle a du temps à revendre pour tremper sa plume dans le vitriole. Sur sa table de nuit trône d’ailleurs le livre « Être passif-agressif et varié dans son vocabulaire de mépris pour les nuls ».

« Soyons honnête, j’ai tout le temps qu’il me faut pour démonter et pourrir ce fils de filou d’Arminjon, je vais l’éclater en 2026, son bilan je vais littéralement le défoncer et cette fois je vais pas me faire endormir par l’autre ravi de la crèche de confiseur, malgré son Oscar! »

Et de rappeler qu’il y a encore bien d’autres élections pour chopper une indemnité d’ici là : présidentielles, législatives, européennes…

Dont acte, elle ne compte pas avoir besoin de son chômage très longtemps.

RAPPEL : Ceci est une satire, les propos sont principalement fictifs

Devenez l’un de nos auteurs !

La Messagère est un journal parodicohumoristique collaboratif et ouvert à tous. Si vous aimez écrire des blagues qui ont un fond de vrai, jetez un oeil à notre charte éditoriale et proposez-nous vos articles !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.