Jo Déage, l’homme qui fait une carrière approuvée par la Préfecture

L’homme qui a déjà commencé sa carrière au Lyaud avec l’approbation de la Préfecture se lance dans la course aux Élections départementales.

On dit de lui qu’il a un cœur de pierre. Mais Joseph Déage compte bien apporter sa pierre à l’édifice politique local.

Je n’ai pas prévu d’être payé au lance-pierre toute ma vie“, s’exclame, lapidaire, le candidat, qui avoue lorgner sur la gâche de Richard Baud. “Moi aussi, je voudrais palper au Département en plus de la mairie et de l’agglo (Jo Déage est également 8e vice-président de Thonon Agglomération, ndlr)”. S’il remporte le siège de conseiller départemental, il ferait ainsi d’une pierre trois coups. De quoi le mettre à l’abris du besoin.

Son programme est clair comme de l’eau de roche et tiendra essentiellement sur l’aménagement du territoire. Son idée est révolutionnaire : donner un logement à tout le monde en creusant des grottes dans des carrières. “Car gouverner c’est d’abord loger son peuple, comme le disait mon modèle de toujours l’abbé Pierre“.

Pour autant, il n’est pas resté à l’âge de pierre et à su rallier le soutien du jeune parti à la mode aux initiales du Président de la République. Nicolas Ravet, ancien candidat à la mairie de Thonon et qui incarne les marcheurs locaux, n’ira pas. “Je préfère attendre de finir de rembourser ma campagne municipale qui m’a coûté un rein à cause de la veste que j’ai reçue“, explique le malaimé, précisant qu’il sera un partisan “sans faille” mais “à distance, dans l’ombre“, histoire de ne pas lui porter la poisse. Mais LREM sera incarné par la suppléante et le parti présidentiel tirera les ficelles en coulisses via le directeur de campagne et futur candidat aux législatives. Tout se recoupe. Seul bug dans la matrice : la facette féminin du binome de titulaires, en la personne d’Astrid Baud-Roche, ex-adjointe à Thonon, fille spirituelle de celui qui mise tout sur l’immobilier et elle aussi maltraitée par les dernières municipales. Un recyclage qui, finalement, repose peut-être sur son nom de famille. Roche.

Mais même si Joseph Déage “le sent bien“, il reste de pierre. Surtout que ça n’a pas été facile de trouver des candidats qui voulaient bien se lancer avec lui. Les partenaires se font rares. Jo fait peur sur le territoire, surtout depuis que d’anciens opposants ont été retrouvés au fond du Voua Bénit, les pieds coulés dans du ciment.

« Mais cette fois, c’est ma candidature qui est en béton », assène celui qui se voit en Saint-Pierre du Département. De quoi faire décoller sa carrière, bien au-delà des 30 ans concédés par la Préfecture.

LIRE AUSSI : La liste des candidats sur le Canton de Thonon

Cette candidature ne sera pas forcément à marquer d’une pierre blanche puisque, rappelons-le, Jo Déage s’était déjà présenté à ce scrutin en 2015, éliminé au premier tour au profit du ballotage UMP-FN. Mais que celui qui n’a jamais eu d’ambition lui jette la première pierre.

Qu’il soit élu ou non, le Lyaudain continue de faire son chemin et en est à son troisième mandat municipal. On dit bien que pierre qui roule n’amasse pas mousse…

LIRE AUSSI : Compte-rendu d’une réunion au sommet sur la carrière du Lyaud et la présentation de la candidature de Jo Déage

RAPPEL : Ceci est une satire, les propos sont principalement fictifs

Devenez l’un de nos auteurs !

La Messagère est un journal parodicohumoristique collaboratif et ouvert à tous. Si vous aimez écrire des blagues qui ont un fond de vrai, jetez un oeil à notre charte éditoriale et proposez-nous vos articles !

1 Rétrolien / Ping

  1. Régionales : le RN porte plainte contre ses concurrents pour plagiat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.