Dalibard/Baud-Roche : le torchon brûle

Alors qu’ils étaient les acteurs d’un mariage inattendu lors des précédentes élections municipales –époque oblige– le divorce est prononcé. Rencontre.

Nous avons réussi à obtenir une entrevue avec les deux époux transis, qui semblent néanmoins entretenir une entente cordiale.

C’est dans un petit pavillon de la banlieue Thononaise que nous retrouvons nos deux amants.

La Messagère : Bonjour Astrid, bonjour Franck, tout d’abord comment vous sentez-vous, à l’aube de cette séparation?

Astrid Baud-Roche : « Nous nous aimons mais vous savez les choses sont parfois plus compliquées que ça, cela implique de faire des choix, aussi difficiles soient-ils… faut dire qu’il a un sacré boulard le Dalibard ! »

Franck Dalibard : « Je suis professeur de sciences économiques et sociales. »

LM : Quelles différences idéologiques ont pu vous mener à cette séparation ?

ABR : « Oh, il y en a tant… Dernièrement par exemple, je voulais mettre des caméras partout dans la maison pour me sentir en sécurité, mais Franck n’arrêtait pas de s’en servir pour se reluquer le cul, ça me mettait hors de moi… mais nos relations sont très cool !»

FD : « Je suis auteur mais aussi producteur »

LM : La communication était-elle devenue difficile ?

ABR : « Malheureusement ! Je suis pour la hiérarchie et nous avions acté que Franck prendrait les décisions du foyer, mais au final il préférait m’emmerder avec ses conneries de démocratie participative… mais cela n’empêchera pas les projets communs à l’avenir !»

FD : « Je fais également des confitures myrtilles-banane ».

LM : Votre Famille politique à-t-elle pu jouer un rôle dans ce qui se passe ?

ABR : « Il est vrai que Franck n’a jamais accepté d’avoir Jean comme beau-père… pour autant il n’y aura pas de mésentente.»

FD : « Je pratique à haut niveau les claquettes mais aussi les raquettes ! »

LM : C’est vous Astrid qui avez pris l’initiative de quitter Franck ; un besoin d’indépendance ?

ABR : « Franck parle beaucoup de lui et de ses confitures, j’avais un peu peur de me perdre, je n’osais plus prendre la parole comme avant…mais nos échanges restent constructifs ! »

FD : « Heu, quand je parlais des raquettes et des claquettes, je précise : en même temps ! (Il s’applaudit)

Alors que Franck tente une bruyante démonstration, nous nous éclipsons et laissons nos hôtes à leurs désaccords…mais sans mésentente !

Just divorced.

LIRE AUSSI : un vrai article sur le sujet chez nos confrères du Dauphiné

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.