Publier : les fauteurs de trouble sont décédés

Le 26 juillet, le conseil municipal de Publier a été interrompu par une banderole. Celle-ci a été détruite et les personnes impliquées mises hors d’état de nuire.

Quelques minutes après le début de la séance, un homme et une femme ont brandi depuis les gradins du public une large banderole blanche sans dire un mot, pour adresser un message aux décideurs de la commune : « Elus, vous n’êtes pas propriétaires de Publier, arrêtez de tout nous fermer. » Une revendication qui pourrait être en lien avec la fermeture récente de l’espace forme de la Cité de l’eau.

Cause the eyes of a Ranger are upon you 🎵

Jacques Grandchamp, le nouveau maire qui cherche toujours ses nouveaux copains, n’a guère prêté attention aux agitateurs mais son premier adjoint, James Walker, a pris l’événement très au sérieux. Immédiatement, n’écoutant que son courage, il s’est élancé à la poursuite de ces dangereux criminels, se fendant d’un « On va aller rappeler la loi à ces braves gens » tout en réajustant son Stetson et son étoile.

Any wrong you do, he’s gonna see 🎶

On apprend aujourd’hui que les deux fauteurs de trouble ont été retrouvés dévorés par les cochons du Ranch Walker et qu’ils sont heureusement hors d’état de nuire. Les premières constatations ont relevé des traces flagrantes de back kick sauce Chun Kuk Do. La banderole, conçue à partir d’un drap, a elle aussi pu être recyclée en papier toilette pour équiper les sanitaires de la mairie. Parce que l’économie circulaire c’est important.

La paix continuera donc de régner à Publier Hill.

RAPPEL : Ceci est une satire, les propos sont principalement fictifs

Devenez l’un de nos auteurs !

La Messagère est un journal parodicohumoristique collaboratif et ouvert à tous. Si vous aimez écrire des blagues qui ont un fond de vrai, jetez un oeil à notre charte éditoriale et proposez-nous vos articles !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.