Jean-Christophe Thanos brigue un siège aux Nations Unies

On n'a jamais vu ces deux personnes ensemble au même moment dans la même pièce...

C’est l’homme qui enquiquine tout le monde. Le bout de bitume dans la chaussure dont on aimerait se passer. Rencontre avec le futur empereur des autoroutes.

« Mais bo**** à cu*, quand est-ce que je vais enfin pouvoir poser mon gros 4×4 de c****** sur cette p****** d’autoroute », s’exclame Jean-Christophe Thanos en préambule de notre entretien.

Dans le langage châtié qu’on lui connaît, celui qu’on surnomme Pilou (sans trop savoir pourquoi) nous reçoit dans son local de campagne, où chaque mur arbore son visage chauve faisant magnifiquement ressortir son sourire carnassier, sans pour autant avoir la classe de Philippe Etchebest.

Celui qui s’est récemment déclaré candidat aux cantonales mais sur un canton qui n’est pas le sien « juste pour faire ch*** Mahut et Baud » (les élus en poste ndlr) a aujourd’hui un autre projet. « Je voulais fou*** le bor*** et disperser les électeurs mais je pense que je mérite mieux que ça. » Résultat : après avoir imprimé ses affiches de campagne pour le Conseil Départemental, puis hésité à remonter un dossier de candidature aux législatives comme en 2012 pour « devenir député à la place de l’autre co*** qui n’a rien fait pour mon autoroute et éviter à l’autre con**** de prendre la place pour devenir ministre », ou alors à se présenter aux sénatoriales comme en 2014, Monsieur Thanos vise désormais le secrétariat général de l’ONU. « La Présidence de la République n’aurait servie à rien pour mettre en place le nouvel ordre autoroutier galactique que je souhaite, donc je préfère me faire nommer empereur international pour fermer le claque-me*** de ces Suisses qui viennent se mettre en travers de l’autoroute que je réclame depuis 25 ans. » Sa détermination, l’homme l’a acquise en prison, après s’être suspendu à un pont du contournement et avoir vandalisé le commerce d’une élue écologiste.

« Et puis l’autre enc*** de Monteil (président du Département ndlr) vous le dira, tout le monde la veut cette sal*** d’autoroute pour gagner 3 minutes en allant chercher son oseille en Suisse, c’est plus qu’unanime ! » En bons journalistes d’investigation, on va se fier à ces dires et ne pas du tout chercher de voix contradictoire. Parce que de toute façon, tout le monde s’en fout et ce serait quand même moins sensationnel. 

« Y’a des baltringues qui disent que 3 minutes c’est rien, mais transposez ça à un coït, c’est une sacrée perf’, alors oui, 3 minutes c’est énorme et je suis preneur de ce temps » 

En plus de cette soif de performance, l’entrepreneur qui se bat depuis longtemps pour un désenclavement routier (mais pas idéologique) du Chablais met en avant un autre point : la survie de sa modeste entreprise. « Vous savez, l’immobilier ce n’est plus ce que c’était, et je vais pas pouvoir vivre indéfiniment sur la fortune de bobonne, il faut donc trouver des solutions pour developper l’activité et cette autoroute sera une très belle façon de le faire avec des prix qui vont grimper encore plus. Nous sommes encore un peu loin des prix parisiens donc on a encore de la marge, et puis les pauv… euhhhh les non frontaliers qui ne pourront plus se loger dans le Chablais, auront l’avantage de pouvoir quitter le coin plus facilement grâce à ce désenclavement. C’est vraiment du gagnant-gagnant », détaille l’homme altruiste soucieux de son prochain. 

Pas d’autoroute du côté d’Évian parce que ça pue et c’est moche

Dans un élan de lucidité, nous l’interrogeons sur le tracé de la future autoroute Machilly-Thonon, et sur la raison pour laquelle elle ne traverse pas complètement le Chablais pour rendre des villes comme St Gingolph (et la Suisse) plus accessibles. « C’est beaucoup mieux comme ça, parce que moi j’adore rouler avec mon gros bouzin sur des autoroutes en rejetant un max de gaz d’échappement mais j’ai aucune envie d’en avoir une sous mes fenêtres, il est toujours préférable de rester éloigné du bruit et de la pollution que génère ce genre de structure, il faut être complètement c** pour vouloir ça, on a une région beaucoup trop belle. »

Quand on évoque son aversion pour les verts, la discussion tourne court. « Les écolo, je leur pis** à la raie, je les décapite au petit dej pour leur ch*** dans le cou et encore c’est parce que je suis de bonne humeur ! »

Rendez-vous est donc donné aux saints électeurs pour permettre à Jean-Christophe Thanos d’enfin obtenir son autoroute par un claquement de doigts…

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.