Bernaz quitte “Oui au désenclavement” pour fonder son propre lobby terroriste

Membre depuis 25 ans de Oui au Désenclavement, le Chablaisien Jean-Christophe Bernaz a déposé sa démission. La raison ? Trop de progressisme et de pacifisme dans le combat en faveur de l’autoroute transchablaisienne. Il veut du terrorisme. 

Tête de gondole de Oui au Désenclavement, ancien président puis vice-président du lobby autoroutier local, Jean-Christophe Bernaz a décidé de quitter l’association chablaisienne « après 25 ans de combat ». C’est à travers l’envoi d’un courrier adressé à son président (et à la presse, donc) que l’homme, réputé pour ses actions coup de poing en faveur de la liaison autoroutière Machilly-Thonon, a tenu à partager les raisons de ce départ, dans le langage qu’on lui connaît.

« Jacques (le nouveau président ndlr) tu es un sale petit con d’antimilitariste qui s’est laissé embringuer dans les conneries écolo de ta greluche depuis qu’elle est adjointe au développement durable de la mairie d’Allinges. Il te manque une bonne paire, vérifie si tu les a pas rangées dans un nichoir. Je peux pas bosser dans ces conditions. »

Il fonde son propre mouvement « plus violent »

Il critique donc la position tenue par l’association, qu’il juge trop souple. « Le “surtout pas de vague” c’est de la connerie, après on se dit tous “merde, on aurait dû réagir avant”. Il faut du feu et des morts, bordel ! Cette autoroute on ne l’obtiendra que dans le sang ! »

Contacté par la rédaction, JC est catégorique : « J’ai pas à traîner avec des mecs incapables de se suspendre à un pont ou d’arracher la tête d’un piaf avec les dents, j’en ai ras le c** de faire bonne figure et de plus pouvoir me faire remarquer »

L’homme sulfureux, qui briguait un siège à l’ONU et qui a reçu la légion du doigt d’honneur, s’émancipe et promet de nouvelles actions violentes dont il a le secret. « Je vais reprendre les armes et préparer quelques attentats pour qu’on se décide enfin à détruire une bonne fois pour toute ce territoire de merde avec une bonne grosse autoroute bien crade », conclut-il.

Peut-être craint-il une énième annulation du projet ?


LIRE AUSSI : Un sujet un peu plus sérieux dans le Dauphiné 

RAPPEL : Ceci est une satire, les propos sont principalement fictifs

Devenez l’un de nos auteurs !

La Messagère est un journal parodicohumoristique collaboratif et ouvert à tous. Si vous aimez écrire des blagues qui ont un fond de vrai, jetez un oeil à notre charte éditoriale et proposez-nous vos articles !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.