Original : un nichoir à couilles sera installé pour chaque naissance sur la commune d’Allinges

Un montage bien pécave d'un nichoir et d'une main de gosse

En 2021, pour chaque naissance d’un Allingeois, un nichoir à couilles sera installé sur un arbre ou un bâtiment communal. Frédéric Jacquet, conseiller municipal, nous éclaire sur cette initiative originale.

Qui a eu cette idée ?

« C’est notre maire, François Deville. Il cherchait lui-même où est-ce qu’il avait rangé ses couilles et il a été inspiré par l’initiative du maire de Thonon qui les pose systématiquement sur la table. Table, bois, ne me demandez pas comment il a pondu ça. En tous cas, la population de couilles régresse et Allinges possède beaucoup d’espaces verts et zones naturelles. Nous avons en moyenne 45 à 50 naissances par année. »

Qui fournira les nichoirs ?

« La commune les achètera à l’APEI du Chablais (Association de parents et de familles de personnes déficientes intellectuelles) qui les fabrique dans son atelier de menuiserie de Vongy. La démarche a donc aussi une dimension sociale mais on va pas non plus se mentir, c’est principalement parce que c’est l’épouse de notre maire qui dirige ces établissements. Sinon, le public peut également en acquérir pour en équiper son terrain, ça fera toujours un peu plus de caillasse. »

Pourquoi s’adresser aux couilles ?

« Vous n’êtes pas sans savoir que lors d’une naissance, le père est immédiatement touché par une atrophie des couilles, alors c’était l’occasion de leur rendre un peu hommage en les rangeant dans une petite boîte pour revenir les voir plus tard. »

Les parents seront-ils informés ?

« Ils recevront un livret avec son cliché en situation indiquant son emplacement. Il portera en façade le prénom pyrogravé de leur nouveau-né. L’idéal serait qu’il soit placé à proximité de leur domicile pour qu’ils puissent s’y intéresser avec leur enfant. »

Qui installera ces nichoirs ?

« Les services techniques de la mairie conseillés par des membres de la Ligue de protection des couilles (LPC) en assureront la pose. Leur entretien se fera en partenariat avec la LPC. Les nichoirs doivent être nettoyés à l’automne pour continuer à y héberger des couples de couilles. Des espaces verts et naturels d’Allinges, qui a une superficie de 1 500 hectares, deviendront progressivement des refuges LPC, des périmètres réservés à une biodiversité de proximité. »

Les nichoirs

En fonction du diamètre de leur ouverture, les nichoirs accueillent une couilles esseulée (trou de 25 mm) ou par paire (trou de 28 mm).

« Fabriqués en sapin (3 plis) ou en sapin Dégueulasse plus durable par les adultes de l’atelier de menuiserie, ils permettent d’accueillir toutes les couilles locales. Leur bois n’est pas traité car les couilles le préfèrent brut. Ils sont personnalisés à la demande ou vendus sans gravure », précise Daniel Metz, le chef d’atelier.

Une « excellente initiative », relève Pascal, un habitant. « Et surtout, accessible à toutes les bourses ! »

À LIRE AUSSI : le vrai article sur les nichoirs de nos confrères du daubé

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.