Thonon : Après les Murmures du Macadam, la Fête de la Musique pas forte

Début mai, les Murmure du Macadam ont, pour leur deuxième édition, amené du spectacle dans les quartiers. Mais ce nouveau format cacherait en fait un autre objectif : moins déranger les vieux du centre. 

Les fondus ? Bien trops bruyant ! Place aux Murmures !

Depuis 1996, l’association Thonon Événements anime les rues de la capitale du Chablais et propose au public une programmation d’événements artistiques. Sa manifestation phare, Les Fondus du Macadams est un festival d’arts vivants qui se tient chaque été à Thonon les Bains depuis 25 ans.

Une référence culturelle

L’évènement propose une grande variété d’activités artistiques, allant du théâtre à la musique en passant par la danse, les arts de la rue, le cirque, les marionnettes et les performances. Avec plus de 150 représentations, le festival est connu pour tracer des itinéraires artistiques surprenants dans des lieux connus ou méconnus de la ville. Que vous soyez intéressé par des spectacles novateurs, drôles ou émouvants, vous étiez sûr de trouver quelque chose à votre goût aux Fondus.
Malheureusement, le festival ne cesse de réduire son format, faute de soutien. Ça vous dirait de venir célébrer un millesime 2023 encore plus long et de découvrir les artistes les plus renommés ainsi que les jeunes pousses talentueuses ? Eh bien ce sera un grand non puisque les dirigants de la ville ont estimé un tel rassemblement incohérent avec les valeurs de la ville : “S’amuser, découvrir, partager, rire, éduquer, faire passer des messages positifs, ramener de la bonne humeur et rajeunir une région ? On est une ville de droite ou un épisode de Dora l’exploratrice, en fait ? ” s’est exprimé un haut placé à la mairie.

Fin du tapage

Mais ce n’est pas la seule raison qui a poussé à réduire le soutien à l’association Thonon Événements. Depuis quelques années, il se disait déjà que la ville allait mettre fin aux rendez-vous culturels bruyants suite à des plaintes répétées pour tapage et autres nuisances sonores. Il semble que la population du centre de l’aglomeration, certe vieillissante, ne soit pas encore assez sénile ni assez sourde ou simplement assez humaine et ouverte d’esprit pour encourager la culture, le partage, les rencontres et les arts. Une sacrée surprise.

Si ça m’empèche de regarder les redifs de Baba, c’est non !“, nous a confié Armand VIEUXCROULANTÉCLATÉAUSOL. Puis de rajouter “…par contre, excusez-moi, vous savez qui a chié dans mon froc par hasard ? Ça me gratte.

Avant son départ pour une visite de l’EPHAD rue des vignes rouges, Maryse KIOJAMBIÉ a également voulu s’exprimer sur le sujet : “Sous pretexte de culture, de famille et de découverte, on a le droit d’être dans la rue à rire jusqu’à 23h30, c’est ça  ? Non mais on est où là ? À l’époque du Maréchal, ça c’est sûr, ça ne ce serait pas passé comme ça. J’ai pas fait élire ce type avec mon club de bridge pour me faire emmerder par des bobos qui sentent. Vous restez un peu ? Mes petits-enfants ne viennent plus me voir.”

De nouveaux événements

Mais séchez vos larmes, la solution est trouvée en 2023 ! Les Fondus sont morts, place à la naissance des Murmures du Macadam, un festival en dehors du centre-ville pour moins déranger et avec des compagnies émergentes qui font moins de bruit. Un responsable du projet nous a chuchoté : “On estime que les nuisances sonores du festival passeraient de 60 décibels, l’équivalent du son que fait un marché animé, à 40 décibels, le bruit d’un bureau calme. C’est une naturopathe spécialiste de la conversation animale qui nous l’a assuré !“. Emily Groppi, adjointe à transition écologique, à la lutte contre les pollutions, à l’économie sociale et solidaire et à l’alignement astral confirme l’information.

Et le tour est joué ! Que les viocs rabat-joie du centre ville se réjouissent, tout autant que les amoureux des arts ! “Les Murmures du Macadam, c’était un test, ensuite on a imaginé la Fête des Petites Rues pour confirmer l’essai et on s’est dit qu’on allait exploiter le filon“, se félicite Eva LAVÉTONCUL, chargée de mission à la mairie.

Face à ce succès, la manœuvre va donc être étendue à d’autres manifestations. Ainsi, les chablaisiens auront droit à :

  • La fête de la Musique pas forte
  • La fête du cinéma muet
  • Le festival du roi du silence
  • Le grand marché du “ferme ta gigantesque gueule, la con de toi”
  • Le festival du Rock and Chut
  • Le concours du air-guitare acoustique
  • Le grand anniversaire du chuchotement international

Le plus attendu reste la fête des grand-mères.

La Messagère Libérée est un journal associatif qui est gratuit mais qui a de nombreux frais pour exister. On a donc besoin du soutien de nos lecteurs pour continuer à vous proposer du contenu de qualité : partagez nos articles, parlez de nous et contribuez à notre action par un don, ponctuel ou régulier !

Même 1€ ça nous aidera grandement. Merci !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.