Le Père-Noël tabassé par la police municipale chablaisienne

pere noel gueule cassee

Vous n’avez pas reçu tous les cadeaux que vous attendiez ? L’explication est bien simple: Santa-Claus s’est fait dérouillé par les gardiens de la paix de la région. Alors que les bavures et violences policières sont légion en ces périodes troublées, même “le vieux barbu” en a fait les frais.

La fin d’année n’est pas simple par chez nous. En plus du banquier dépisté honnête fin décembre, c’est au tour du père-noël de se retrouver au milieu d’un échauffourée.

Tout à commencé sur la commune de Chens-sur-Léman. Le policier municipal était hier soir comme à son habitude dissimulé au milieu d’un rond-point en treillis camouflage avec des bottes de pluies, armes automatiques revolver et Uzi, lorsqu’il aperçu au loin un véhicule suspect. Il effectua son célèbre saut de cabri pour se placer au milieu de la chaussée et barrer la route au chauffard.

Quand j’ai vu qu’il était barbu, j’ai tout de suite pensé à un attentat de noël” nous a confié l’agent au visage flouté craint de toutes et tous.

Il semblerait que le père-noël, n’ayant pas que ça à fourrer, expliqua au fonctionnaire zélé le but de sa présence et la raison de sa vitesse, puis lisant le mélange d’incompréhension et de peur dans les yeux de son assaillant, il décida de reprendre sa mission. “Plus de 2,2 milliards de mioches, ça se visite pas en Prius c’est moi qui vous l’dis!” Aurait-il déclaré en boitant en fin de soirée, les mains de le dos et le nez en sang.

Le policier à l’égo blessé par ce comportement contacta immédiatement ses collègues des communes alentours. A Excenevex, les équipes étaient prêtes. Au passage du traineau, les agents lancèrent une herse, évidemment sans effet. L’un d’eux reçu même en réponse une intriguante quantité d’excréments de renne sur son képi.

Un contrôle d’identité anthychois qui dégénère

Santa parvint donc à remplir en grande partie sa mission sur ces communes, mais il retomba sur un os en arrivant à Anthy-sur-Léman. Les policiers prévenus de l’arrivée d’un terroriste à vive allure étaient sur le qui-vive. C’est au moment de griller le stop le plus inutile de l’hémisphère Nord devant de stade de foot de la commune que le traineau fut arrêté pour un contrôle de routine.

On nous y a bien appris à l’école où qu’c’est que c’est qu’on apprend les choses de la Police. Un barbu avec un gros sac, c’est dangereux” nous explique l’illettré anonymisé tout en lustrant son arme de poing le lendemain des faits. Ce dernier aurait essayé d’abattre un des rennes qui avait éternué lors du contrôle, mais heureusement pour l’animal, la visée de l’agent était approximative. Son adjoint eu tout de même le temps d’assener un coup de matraque au vieillard tout de rouge vêtu avant sa fuite vers les cheminées avoisinantes.

En arrivant sur Thonon-les-Bains, les choses ont pris une toute autre tournures. Le père-noël devant livrer une sacoche à égo au maire, il fut contraint de passer par la porte de la mairie, le paquet étant bien trop volumineux pour une cheminée. Les policiers en exercice, déguisés en sapins, encerclaient la place. Dès l’arrivée du senior joyeux, l’assaut fut donné et il fut tout bonnement passé à tabac.

Barbe + gros sac = suspect

En 2020, on ne se promène pas de nuit avec un gros sac et une barbe si on ne cherche pas les problèmes. En plus, il n’avait pas son masque, qui est maintenant obligatoire partout dans le centre, et il avait une attestation de sortie pour le confinement, même pas celle du couvre-feu. On n’a pas eu d’autre choix que de lui maraver sa face de barbu“, nous assure l’un des agresseurs avinés de l’homme âgé.

Le père-noël groggy fut ensuite été emmené au commissariat où il fut tabassé de plus belles avant d’être jeté en cellule. “Ils m’ont enfilé 26 tonfa dans l’derch un à un!” s’énerva l’homme de 1 750 ans lors de notre entretien. Questionné sur cette partie, tous les policiers ont indiqué avoir glissé.

Nous avons contacté les autorités pour avoir accès aux enregistrements vidéos de cet échauffourée, mais le membre de notre équipe qui était en charge de se les procurer a été immédiatement arrêté pour “mise en danger de la vie d’une truie“. Il fut relâché 48 heures plus tard, avec une matraque encore enfilée dans le séant suite à la glissade d’un des agents. Décidément, les sols de commissariats et autres casernes mériteraient certainement un traitement adéquat.

Joyeux Noël tout de même, de la part de toute l’équipe de La Messagère Libérée !

1 Rétrolien / Ping

  1. Un sanglier ? Un cochon sauvage ? Non, un restaurateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.