Jean Denais et ses affaires judiciaires entrent au musée du Chablais

Les journées européennes du Patrimone 2021 du 18 et 19 septembre se sont terminées ce dimanche soir.

Pour cette nouvelle édition, une énorme surprise attendait les curieux et les visiteurs Chablaisiens. Afin de palier aux nombreuses annulations (comme les animations autour de l’orgue de la basilique Saint-François de Salle, les concerts des orchestres de chambre à cordes et à vent de l’école de musique et de danse de Thonon), la municipalité a su rebondir.

« Éviter la frustration des visiteurs et surtout se démarquer en rappelant l’histoire de cette belle ville, c’était l’objectif de cette exposition » nous confie Carole Giner, chargée de communication à la Ville de Thonon les Bains. « Ça a posé beaucoup de soucis logistique, mais grâce au super travail des agents de la ville, nous avons réussi à trouver le lieu et surtout pu faire rentrer tout les objets de l’expo »

Ces complications sont dûes à un homme, celui qui avait régné sur la ville pendant plus de 20 ans : Jean Denais.

Il a en effet été décidé, en clou de l’événement, de mettre en valeur l’ancien édile et son immense patrimoine qui lui avait valut plusieurs affaires judiciaires et même des condamnations au pénal. « J’ai jamais vu autant de casseroles de ma vie, pourtant je m’y connais en batterie de cuisine » nous dit Bernard Lambert, directeur de l’école Hôtelière de Thonon qui avait un temps été envisagée pour accueillir cette exposition atypique.

La solution est venue du musée du Chablais qui a dû vider l’ensemble du bâtiment pour pouvoir organiser les différentes salles et mettre en place cette nouvelle visite par année d’acquisition et de procès.

« Je suis toujours profondément attaché à cette ville et donc toujours heureux de pouvoir rendre service », nous a confié, très fier, l’ancien Maire qui profite de sa récente retraite en se posant régulièrement sur les terrasses des kebabs de la ville prendre le temps de gérer ses biens. « Si il ya bien un sujet que je maitrise c’est le patrimoine, j’ai fais bâtir presque la moitié de cette ville et souvent en détruisant des vieux machins qui ne ressemblaient à rien. Avant moi, cette ville c’était que de la vieille pierre, maintenant c’est de la couleur, du design et belles terrasses avec vu sur le voisin ou la voisine. Au lieu d’avoir des maisons, il y a des immeubles, donc plus de personnes peuvent profiter de la beauté et du beton Thononais. Je suis du coup très heureux que mon travail soit enfin reconnu »

L’ancien édile, aujourd’hui retiré de la vie publique, pourra être observé bien en chair et en os, entouré de ses dossiers judiciaires, le temps de l’exposition temporaire qui lui est dédiée. Rappelons que celui que les promoteurs immobiliers surnommaient “Monsieur 20 minutes” (en raison du temps qu’il mettait à déposer ses pots-de-vin sur son compte en banque suisse) est toujours en procès contre les producteurs de la série Dix pour cent, à cause d’un autre surnom et d’une méthode de retrocommissionnement qu’il avait brevetée.

Pour clôturer ces belles journées du patrimoine 2021, chaque visiteur à pu repartir avec une petite pierre, souvenir de l’ancienne maison –classée– du 19e siècle de l’homme politique, autrefois située avenue d’Evian et qu’il avait fait raser pour la remplacer par un magnifique immeuble.

RAPPEL : Ceci est une satire, les propos sont principalement fictifs

Devenez l’un de nos auteurs !

La Messagère est un journal parodicohumoristique collaboratif et ouvert à tous. Si vous aimez écrire des blagues qui ont un fond de vrai, jetez un oeil à notre charte éditoriale et proposez-nous vos articles !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*

code

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.